top of page

POUR EN FINIR AVEC
LES INTOX SUR
LES MIGRANT-ES

ET LES REFUGIÉ-ES

mythbuster.png

La haine commence par la peur, et la peur est souvent fondée sur un manque de compréhension. Et il est facile de se perdre dans les faux-semblants, les gros titres dramatiques et les "fake news" pour comprendre la réalité de l'immigration.

 

La migration et la diversité ne nuisent pas à la cohésion sociale, contrairement à ce que l'on peut observer lorsqu'on sème la division et la haine. Vous trouverez sur cette page quelques-uns des "mythes" les plus courants associés aux migrant-es et aux réfugié-es. Il vous suffit de cliquer sur l'un d'entre eux pour connaître les véritables faits - vous pourriez être surpris !

LE NOMBRE DE MIGRANT-ES ET

DE RÉFUGIÉ-ES ARRIVANT

EN EUROPE NE CESSE D'AUGMENTER

LA PLUPART DES PERSONNES
QUI ARRIVENT EN EUROPE
NE SONT PAS DE "VRAI-ES" RÉFUGIÉ-ES

LES ÉTATS NON EUROPÉENS
NE JOUENT PAS
LEUR RÔLE

LES MIGRANT-ES ET LES RÉFUGIÉ-ES

CONSTITUENT UNE CHARGE

POUR LES SERVICES PUBLICS

LE CONTRÔLE DES FRONTIÈRES

EN EUROPE EST TROP LAXISTE

L'UE IMPOSE L'IMMIGRATION

DE MASSE À SES ÉTATS MEMBRES

LES MIGRANT-ES SONT UNE

MENACE POUR L'IDENTITÉ DE L'EUROPE

ChooseRespect fluctuation.jpg

MYTHE #1

LE NOMBRE DE MIGRANT-ES ET DE RÉFUGIÉ-ES ARRIVANT EN EUROPE NE CESSE D'AUGMENTER.

Les tentatives des migrants et des réfugiés d'entrer en Europe ont atteint un pic en 2015, lorsque près de 1,4 million de demandes d'asile ont été enregistrées dans les pays de l'UE+, principalement en raison de la crise humanitaire en Syrie et en Irak.* Depuis 2015, les demandes ont régulièrement diminué d'année en année, notamment avec l'arrivée des confinements COVID-19 et des restrictions de voyage. 2023 a vu une nouvelle augmentation des arrivées en raison de l'invasion russe en Ukraine - actuellement, au moins 4,4 millions d'Ukrainiens bénéficient d'une protection temporaire en Europe. D'autre part, les demandes d'asile en 2023 ont totalisé un peu plus de 1,1 million dans l'ensemble des pays de l'UE+, en particulier en provenance de Syrie, d'Afghanistan et de Turquie.

 

Ces chiffres suggèrent que la tendance générale des arrivées est une fluctuation et non une augmentation à long terme. Le nombre d'arrivées augmente et diminue en fonction des degrés de conflit dans les pays d'origine, et les arrivées en Europe augmentent particulièrement lorsque des conflits émergent à proximité de l'Europe.

 

Mais au lieu de penser aux chiffres, pourquoi ne pas se demander ce que les dirigeants européens peuvent faire pour lutter contre la violence, l'insécurité et la pauvreté qui poussent les gens à rechercher l'asile en premier lieu ?

 

*UE-27 plus le Royaume-Uni, la Norvège, la Suisse, le Liechtenstein et l’Islande.

Anchor 1
Anchor 2
myth2.png

MYTHE #2

LES ÉTATS NON EUROPÉENS NE JOUENT PAS LEUR RÔLE

En réalité, 86 % des personnes déplacées dans le monde sont accueillies dans des pays en développement, qui sont bien moins capables que l'Europe d'offrir le soutien nécessaire. La majorité des réfugiés dans le monde vivent dans des pays ou régions voisins. Par exemple, les pays africains à revenu faible ou moyen comme le Kenya, l'Éthiopie et l'Ouganda accueillent environ 92 % des réfugié-es d'Afrique. Certains pays comme la Tunisie et la Libye ont exacerbé leur hostilité à l'égard des migrant-es et des réfugié-es, avec des preuves flagrantes d'exploitation, de mauvais traitements et de torture à l'encontre des migrant-es et des réfugié-es.

 

La vraie question est peut-être la suivante : pourquoi l'UE promeut-elle des accords de coopération en matière de contrôle des migrations avec des régimes autoritaires tels que la Tunisie, la Libye et l'Égypte, alors qu'elle n'apporte qu'un soutien limité aux pays qui en ont besoin ?

myth3.png

MYTHE #3

LE CONTRÔLE DES

FRONTIÈRES EN EUROPE

EST TROP LAXISTE

Les murs sont à la mode en ce moment, mais ils ne devraient vraiment pas l'être. Ériger des barrières - physiques ou autres - n'empêche en rien les gens de vouloir fuir des pays touchés par la pauvreté ou la répression. Au contraire, cela ne fait que détourner les routes migratoires vers des voyages plus longs, plus coûteux et plus risqués, qui nécessitent souvent l'aide de passeurs.

 

Cela peut souvent avoir des conséquences désastreuses. La prolifération des dispositifs frontaliers et des technologies de surveillance aux frontières extérieures (et intérieures) de l'UE a entraîné la réouverture de routes migratoires longtemps inactives et particulièrement dangereuses, comme celle qui relie la côte ouest-africaine aux îles Canaries. Le résultat tragique est que le nombre de migrant-es et de réfugié-es qui se sont noyé-es a augmenté : 2023 a été déclarée l'année la plus meurtrière jamais enregistrée, avec plus de 8 500 personnes qui ont perdu la vie. Ces chiffres sont malheureusement sous-estimés, car une partie des naufrages ne sont pas détectés, tout comme les nombreux décès dans le désert du Sahara.

 

Dresser des murs aux frontières de l'Europe ne résoudra pas le problème de la violence et de l'insécurité à l'origine des migrations, mais poussera de plus en plus de personnes à risquer leur vie à la recherche d'un refuge.

Anchor 3
ChooseRespect Common Solutions.jpg

MYTHE #4

L'UE IMPOSE L'IMMIGRATION

DE MASSE À SES ÉTATS MEMBRES

Lorsque nous lisons les actualités et entendons parler de la dernière décision de l'UE, il est facile de tomber dans le piège de penser que les "eurocrates" à Bruxelles dictent leur politique aux pays européens. C'est particulièrement vrai dans le cas de la politique migratoire, dans laquelle l'UE joue un rôle très visible. Pourtant, c'est tout simplement faux.

 

L'UE agit au nom de ses États membres et ne peut agir que lorsqu'elle en a reçu l'autorisation par le biais de traités approuvés à l'unanimité par tous les États membres. Et même dans ce cas, les membres de l'UE peuvent opposer leur veto à des décisions individuelles en votant au sein du Conseil de l'Union européenne. En effet, certaines initiatives de l'UE visant à réformer le système d'asile ont été bloquées par certains de ses États membres.

 

Au cours des prochaines années, l'UE prévoit de consacrer une part beaucoup plus importante de son budget à la mise en œuvre des mesures prévues par le pacte sur l'immigration et l'asile, y compris une nouvelle procédure frontalière qui dégrade les garanties existantes et normalise les refoulements et le recours à la détention - une décision prise en réponse à la pression exercée par certains des gouvernements nationaux les plus xénophobes d'Europe. Cliquez ici pour en savoir plus sur ces propositions.

 

Pour en savoir plus sur les processus décisionnels de l'UE, cliquez ici.

Anchor 4
myth5.png

MYTHE #5

LA PLUPART DES PERSONNES

QUI ARRIVENT EN EUROPE NE

SONT PAS DE "VRAI-ES" RÉFUGIÉ-ES

Des personnes du monde entier demandent l'asile en Europe. Mais les chances de voir sa demande acceptée dépendent fortement du pays d'origine de la personne demandant l'asile. Les citoyen-nes syrien-nes - qui, en 2023, représenteront toujours le plus grand groupe de demandeurs et demandeuses - ont été reconnus et ont reçu un statut de protection dans 94 % des cas. Les seuls autres pays dont les ressortissants avaient plus de 50 % de chances de voir leur demande acceptée sont l'Afghanistan, la Somalie et l'Érythrée, qui sont tous en proie à de graves violences et à de graves problèmes humanitaires.

 

Les taux de rejet pour les ressortissants de pays comme le Pérou, le Maroc, la Géorgie ou le Bangladesh sont restés élevés, avec seulement 4 à 5 % des demandeurs et demandeuses bénéficiant d'un statut de protection. Loin d'être laxistes, les gouvernements européens se montrent plutôt stricts lorsqu'il s'agit d'examiner et de remettre en question les motifs de protection.

Anchor 5
myth.png

MYTHE #6

LES MIGRANT-ES ET

LES RÉFUGIÉ-ES CONSTITUENT

UNE CHARGE POUR LES SERVICES PUBLICS

En général, les migrant-es tendent à devenir des contribuables nets à l'économie de leur nouveau pays d'origine, plutôt que de devenir un " fardeau " pour les services publics. Cela est particulièrement vrai pour deux catégories de migrant-es : les migrant-es originaires de pays riches et de pays à revenus intermédiaires et les migrant-es peu qualifié-es.

 

Ironie du sort, la catégorie de migrant-es la plus désignée comme bouc émissaire - les sans-papiers - a l'impact fiscal net le plus important, car ces personnes contribuent à l'économie souvent sans bénéficier de prestations de sécurité sociale ni d'accès aux services. Cela devrait nous inciter à repenser les systèmes de protection sociale et à garantir à tous l'accès aux services de base tels que l'éducation, les soins de santé et le logement, non seulement en fonction des contributions fiscales, mais aussi en tant qu'instrument de paix et de cohésion sociale.

 

À plus long terme, alors que la population européenne vieillit et que les coûts des soins de santé augmentent, ne nous focalisons pas sur les coûts actuels de notre hospitalité, mais pensons plutôt à la contribution que les réfugié-es et les migrant-es pourraient apporter à nos sociétés (et qu'ils ont déjà apportée) - si nous les soutenons comme il se doit.

Anchor 6
myth6.png

MYTHE #7

LES MIGRANT-ES SONT UNE

MENACE POUR L'IDENTITÉ

DE L'EUROPE

L'"identité" est un concept très subjectif - tout le monde a une identité légèrement différente. Nous pensons souvent que nous appartenons à une nation, mais certains éléments de notre identité sont également propres à notre ville ou à notre région. Peut-être plus important encore, certains éléments de notre identité sont partagés avec des peuples et des cultures du monde entier. L'attention portée à la famille et aux amis, ou le rejet de la violence, sont autant de points communs qui unissent l'ensemble de l'humanité.

 

Une autre idée qui transcende les pays et les cultures est celle du "bon samaritain". Lorsque des personnes sont dans le besoin, nous essayons de les aider de manière inconditionnelle. Au fond, c'est ce vers quoi tend l'accueil des réfugiés. Et la compassion et la solidarité devraient autant faire partie de l'identité de l'Europe que le christianisme, Shakespeare ou Mozart.

 

N'oublions pas non plus que l'Europe a toujours été un espace diversifié. Depuis des millénaires, elle est composée de personnes et d'idées venues d'au-delà de ses frontières. Pensez à l'architecture sublime de l'Espagne mauresque ou aux génies des mathématiques du Moyen-Orient qui ont établi les fondements pour des penseurs tels que Newton et Descartes.

 

Quelles merveilles culturelles ou quelles découvertes scientifiques les nouveaux arrivants et nouvelles arrivantes pourraient-ils ajouter à l'identité de l'Europe à l'avenir ? Si nous leur fermons nos portes, nous ne le saurons jamais.

Anchor 7

SOURCES ET LECTURES COMPLÉMENTAIRES

24.04 ChooseRespect (2).png
  • European Union Agency for Asylum - EUAA (2023) Latest Asylum Trends 2023 - Annual Analysis, disponible ici.

  • Eurostat (updated on March 2024 at time of writing) Asylum applications - annual statistics, disponible ici.

  • European Parliamentary Research Services - EPRS (2022) Walls and fences at EU borders, disponible ici.

  • Hein De Haas (2023) How Migration Really Works: A Factful Guide to the Most Divisive Issue in Politics, Penguin Books.

  • International Organisation for Migration - IOM (2024) Missing migrants project, disponible ici.

  • Al Jazeera (26 March 2024) UN report charts lethal cost of migration over past decade, disponible ici.

C’est quoi la suite ?

narrative.png
tracker.png

CONTRIBUER À CHANGER

LA CONVERSATION

SIGNALER LES

DISCOURS HAINEUX

Si nous unissons nos voix, nous pouvons nous attaquer au discours de haine anti-migrant-es ! Nos conseils vous aideront à mettre en place des messages plus positifs, que ce soit à la maison, au travail ou en ligne.

Plus les gens signalent les propos haineux lorsqu'ils et elles les entendent ou les voient, plus les plateformes de réseaux sociaux et les autorités nationales responsables doivent en prendre note et agir.

bottom of page